Agenda

Catégorie : Théâtre+Cinéma scène nationale
  • Texte et conception Mohamed El Khatib, collectif Zirlib. Avec Corinne Dadat, Elodie Guezou, Mohamed El Khatib.
    Voici donc Corinne Dadat. Femme de ménage au lycée Sainte-Marie de Bourges, la cinquantaine, elle partage le plateau avec une jeune danseuse et Mohamed El Khatib, artiste associé de Théâtre + Cinéma. Lorsqu’il l’interroge sur sa vie, elle dit haut ce qu’elle pense : elle n’a jamais rêvé d’être femme de ménage mais elle n’imagine rien d’autre aujourd’hui, car elle ne sait même pas allumer un ordinateur, dit-elle.
    Mercredi 12 décembre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 55 min.

  • Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Giuseppe Verdi. Mise en scène Michael Mayer. Direction musicale Yannick Nézet-Séguin.
    La courtisane Violetta, entretenue par un riche baron, s’étourdit de luxe et de plaisir. Lorsque le jeune Alfredo Germont fait irruption dans sa vie, elle délaisse le Paris mondain pour vivre une vie paisible avec lui, mais pressée par les dettes et l’honneur de son amant, elle devra se résoudre à sacrifier son amour.
    Samedi 15 décembre, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h30 avec deux entractes.

  • Conception, chorégraphie, scénographie et costumes Christian Rizzo ICI—CCN Montpellier.
    Huit danseurs et deux batteurs : en rondes et farandoles, en solo, duo et groupe, leurs mouvements déploient une danse archaïque, commune à tous. Frappes de pieds, bras levés et bassins balancés seraient un écho, lointain, aux danses méditerranéennes masculines. Car cette histoire vraie d’après laquelle écrit Christian Rizzo, s’inscrit à Istanbul en 2004, lorsque le directeur d’ICI – centre chorégraphique national de Montpellier assiste à une danse traditionnelle exécutée par des hommes.
    Mardi 18 décembre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.

  • Projection-débat

    Sur l’évolution du site Orano-Malvézy. Projection du film « Expertises » de Patrick Milani.
    Jeudi 20 décembre, à 20h30, au Théâtre+Cinéma Scène nationale Grand Narbonne - 2, av Maître Hubert Mouly, à Narbonne.
    Entrée gratuite.

  • Ballet du Bolchoï de Moscou. Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski. Chorégraphie Youri Grigorovitch. Livret Youri Grigorovitch (d’après E.T.A. Hoffmann et Marius Petipa).
    Pour la première fois à Narbonne, assistez à un spectacle du Ballet du Bolchoï, en simultané depuis le Grand Théâtre de Moscou.
    La veille de Noël, le Casse-Noisette de Marie se transforme en Prince charmant. Commence alors une aventure merveilleuse : Marie et son Prince traversent de féériques fôrets eneigées, emportés par la danse des flocons, jusqu’aux rivages de la Fée dragée… mais il leur faut aussi affronter leurs peurs lorsque l’armée du Roi Souris se dresse devant eux.
    Dimanche 23 décembre, à 16h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h20.

  • La Comédie Française au Cinéma en direct. Texte Edmond Rostand. Mise en scène Denis Podalydès. Avec les comédiens de la troupe de la Comédie-Française et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française.
    Cyrano est affligé d’un nez proéminent mais doué pour les mots grâce auxquels il aide le beau Christian à conquérir Roxane. Également amoureux de la jeune fille, il choisit de ne pas lui révéler que chaque parole de Christian sort de son propre cœur.
    Mardi 8 janvier, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h10.

  • Du 11 janvier 2019 au 19 janvier 2019

    De et par Matthieu Gary et Sidney Pin Cie La Volte. En partenariat avec les communes de Cuxac-d’Aude, Sigean, Ginestas et Ouveillan.
    Qui n’a jamais eu peur de chuter ? Deux experts en chute, expérimentent et analysent ce « mouvement vertical du corps vers le centre de la terre sous l’effet de la pesanteur ». Face à la gravité, que faire ? Rire ! Sur la piste de cirque devenue ring rectangulaire, sous notre nez, frissons assurés face aux saltos, cascades et portés. En contrepoint, trois pièces de L’Art de la Fugue de Bach, interprétées par Glenn Gould, superposent leurs lignes mélodiques à l’art de la chute, lorsque la frappe du piano souligne l’impact des corps sur le sol.
    Vendredi 11 janvier, salle du jeu de paume, Cuxac-d’Aude, à 20h.
    Samedi 12 janvier, salle Pierre de Coubertin, Sigean, à 20h.
    Vendredi 18 janvier, salle du CAC, Ginestas, à 20h.
    Samedi 19 janvier, salle polyvalente, Ouveillan, à 20h.
    Durée : 55 min. Spectacle recommandé à partir de 8 ans.

  • Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Francesco Cilea. Mise en scène Sir David McVicar. Direction musicale Gianandrea Noseda.
    Rivales à la vie et à la scène, la célèbre tragédienne de la Comédie-Française Adrienne Lecouvreur et la Princesse de Bouillon sont toutes deux éprises de l’officier Maurice de Saxe. Dans les coulisses du théâtre, la jalousie de l’une conduira à la mort de l’autre, empoisonnée par un bouquet qu’elle croyait recevoir de son amant.
    Samedi 12 janvier, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 4h avec deux entractes.

  • Du 15 janvier 2019 au 16 janvier 2019

    Chorégraphie Marion Lévy – Artiste associée Cie Didascalie. Textes et dramaturgie Mariette Navarro.
    C’est une femme entraînée à être la meilleure pour danser comme pour aimer. La mascarade, poussée à l’extrême, devient burlesque. Dans un souffle, son corps peu à peu délesté des injonctions à la performance, s’abandonne à la dérision. Parce qu’elle a envie de danser encore, et différemment, Marion Lévy crée à Théâtre + Cinéma ce solo, monologue intérieur aux sources autobiographiques.
    Mardi 15 et mercredi 16 janvier, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.

  • Ballet du Bolchoï de Moscou. Musique Léon Minkus. Chorégraphie Youri Grigorovitch. D’après Marius Petipa et Sergei Khudekov.
    La danseuse sacrée Nikiya et le guerrier Solor s’aiment en secret. Mais le Grand Brahmane, jaloux, surprend leur rencontre et s’empresse de dénoncer cet amour interdit au Rajah. Le Rajah rappelle Solor à son devoir : il devra épouser Gamzatti, sa fille. Mais il est des serments d’amour comme des serments sacrés, qu’on ne peut pas briser.
    Dimanche 20 janvier, à 16h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h20. En direct.